Récemment, une saisie sur des plats cuisinés a été effectuée par les services sanitaires. En effet, des établissements en particulier vendait des aliments avariés, recongelés et pleins de bactéries.

Enquête lancée par les carabiniers de la NAS


Une grande quantité de denrées alimentaires destinées à deux établissements de bains ont été saisies par les carabiniers de la NAS. En plus de ne pas avoir d’étiquettes, des mauvaises conditions d’hygiène ont été constatées.

Une investigation a été lancée après que deux lidos de plage aient servie de la nourriture à des touristes dans des voitures. En fait, la nourriture n’était pas préparée au moment de la commande. Le cas a eu lieu à Scilla, dans la province de Reggio Calabria, dans une station touristique bien connue de Messine.

Les Carabinieri ont alors suivi les voitures transportant la nourriture. Ils ont constaté que les aliments endommagés provenaient d’un hangar situé près de la jonction autoroutière. Le bâtiment était utilisé pour stocker de la nourriture et des provisions.

Saisie sur des plats cuisinés, des tonnes d’aliments avariés

Dans le hangar, les installations sanitaires étaient très pauvres. Des tonnes de produits de la pêche étaient endommagés et la saleté sévissait partout. Plusieurs plats préparés à base de poisson, de légumes ainsi que des sucreries ont alors été saisis.

La plupart des produits saisis par le NAS étaient des aliments congelés sans emballage ni étiquetage. En effet, les dates de péremption et les méthodes de stockage étaient inconnues. De plus, les locaux utilisés pour la préparation des aliments servis ne respectaient pas les réglementations en vigueur.

Aliments congelés et recongelés pleins de bactéries

Durant les investigations, il a été constaté que le refroidisseur à air comprimé était également absent. Les préparations étaient donc congelées, décongelées puis recongelées avant d’être servies aux clients. Pourtant, ce genre de stockage peut présenter un risque grave pour la santé des consommateurs. Les produits délicats et facilement périssables comme le poisson sont les plus à craindre.

Selon le rapport établi par le NAS, l’espadon trouvé à l’intérieur du hangar avait une couleur terne et était mou au toucher. Pour ce qui est des calmars, ils avaient été décongelés dans l’eau en peu de temps, ce qui augmente le risque de prolifération des bactéries.

Tous les aliments saisis ont été détruits par une entreprise spécialisée. En outre, le gérant des deux plages de baignade a été inculpé d’une infraction pénale et condamné à une amende de 6 000 euros. Il a également été contraint de suspendre ses activités de cuisine-laboratoire et de stockage.